Forum sur la musique kabyle - toute la musique kabyle est sur www.musiquekabyle.com -

Toute la musique kabyle est sur www.musiquekabyle.com !

Vous n'êtes pas connecté. Inscrivez vous pour profiter de toutes les fonctionnalites de ce forum.

Annonce

Bienvenue sur le forum de MusiqueKabyle.com le premier site web entièrement dédié à la musique kabyle.
Tous les chanteurs kabyles, sont sur musiquekabyle.com



  • Accueil
  •  » En bref!
  •  » Kabylie’s blues : film documentaire et musical

#1 06-02-2007 12:03:53

nekki
Member
Date d'inscription: 11-03-2005
Messages: 39

Kabylie’s blues : film documentaire et musical

Kabylie’s blues
Un film documentaire et musical de Jean-Michel Plouchard

Résumé

Une évocation de la Kabylie contemporaine au travers des parcours, des textes et des voix de quelques uns de ses principaux chanteurs et chanteuses d’aujourd’hui : Idir, Takfarinas, Malika Domrane, Aït Menguellet, Ferhat Mehenni, Djura, Akli D.
Mais aussi, en filigrane ou en chansons, Matoub Lounes, bien sûr, (assassiné en 1998), Brahim Izri (1954-2005), Cherifa, Slimane Azem (1919-1983), Chérif Kheddam, Mouloud Zedec, Djamel Allam, Iness Mezel...   

   
Depuis le temps que tu chantes ce blues,
Personne ne t’entend.
Toi qui chante si bien l’amour
Avec des mots magiques, toi la fée,
Ta voix s’est éteinte dans un refrain tragique.

Depuis le temps que tu erres
De mélodies en pays,
Toi qui chantes l’espoir, toi la fée
Voix immortelle,
Je te jure par Da El Mouloud et Da Slimane
Que nous partageons tous le même exil.
Akli D. Taqb-aylit - La Kabyle
Extrait de l’album Anefas trankil


Rappelez-vous que si je viens à tomber dans un fossé,
Mon âme vous appellera
On n’arrête pas la chanson
quand on exécute le poète..
Matoub Lounès   
           
   

        
    Note d’intention

Située au nord-est de l’Algérie, la Kabylie est une région de mer et de montagne, farouchement attachée à son identité amazigh (berbère) – ce qui ne l’empêche pas d’avoir le taux le plus élevé d’émigration maghrébine vers la France.
C’est dans cet «entre-deux» qu’est née, dans les années soixante, une forme originale de chanson qui, mariant le pentatonisme berbère et les harmonies occidentales, a imprégné en profondeur ce qu’on appelle, à tort ou à raison, la «chanson française».


Il est évidemment impossible d’être exhaustif concernant les chanteurs Kabyles ou renvendiquant une origine Kabyle - et tel n’est pas le but de ce film. Un choix s’est donc imposé basé sur la diversité des paroles et des générations et surtout des parcours – souvent exemplaires -, des univers personnels, poétiques et politiques différents - voire divergents - afin de présenter une pluralité de regards et d’éviter les partis-pris trop faciles


Ainsi, parler de Kabylie en chansons, ce ne sera pas simplement évoquer ses beaux paysages où les montagnes du Djudjura se fondent dans la mer, c’est, pour nous, d’abord parler d’une identité culturelle - quasi irréductible au cours des siècles en un film mêlant l’histoire, l’actualité et la «variété». Matoub Lounes parlait ainsi de cette identité :


        «  La vie de mon peuple contient la somme de l’expérience des hommes. D’où le rapport charnel que j’ai avec ma terre natale, mes racines. La culture amazighe est, pour chaque Imazighen, la pierre de touche de son identité » Matoub Lounès.


Irréductible aux invasions romaines, à l’expansion arabe, à la domination turque, à la colonisation française, à peine plus grande qu’un mouchoir de poche face à l’immensité algérienne, depuis toujours - et bien avant «l’unification» du pays, la Kabylie joue les trouble-fêtes. Singularité linguistique d’abord - la Kabylie est, en effet, aujourd’hui, la région d’Algérie où il y a le plus de berbérophones monolingues. Singularité sociologique et culturelle - pour nombre de raisons, dont l’émigration, la Kabylie a su se forger une personnalité dans laquelle s’harmonisent, sans préjudice l’une de l’autre, la tradition et la modernité. Singularité politique enfin - sans remonter jusqu’à l’histoire profonde et bien avant le printemps bèrbère de 1980 ou le printemps noir de 2001, les grandes révoltes anti-coloniales ont pris corps ou forme en Kabylie.

«Qu’est-ce que la Kabylie ? Qu’est-ce que cette contrée dont le nom a si souvent retenti dans la presse, comme autrefois dans nos discussions publiques ?» Ces questions ne sont pas nouvelles. Elles auraient pu, en effet, dater du Printemps noir. Mais non ! Elles ont été posées dans ces mêmes termes déjà en 1856 par le général Eugène Daumas (1802-1871), un officier qui a participé à la conquête de l’Algérie.
            Dans une étude intitulée tout simplement La Kabylie, qui a servi de manuel aux officiers de la conquête, Daumas poursuivit un questionnement qui résonne comme une préoccupation d’aujourd’hui. La Kabylie reste, sans doute, aux Algériens aussi méconnue, aussi bardée de clichés, de lieux communs, qu’elle ne l’était aux Français.
            (...)En disant «je suis oranais», vous venez d’Oran. Si, par inadvertance, vous osez dire «je suis kabyle», vous mettez en danger ipso facto l’unité nationale.
Arezki Metref, Le Soir d’Algérie, 2004-2005


Loin de nous la prétention de répondre à cette question, mais bien plutôt de la poser aussi en laissant parler ceux qui la chantent, ceux qui les écoutent, ceux qui la vivent. On les nomme Berbères - les "Barbares" de l'époque romaine -, eux s'appellent Imazighen, les "hommes libres"... Mais qu'est-ce qu'un "homme libre" en ce monde d'ici ; a-t-il sa place autrement qu'en chimère : entre-pris ou entre-parenthèses ?

Je parlais "d’entre-deux" au début, c’est ce que l’on trouve en forme de lieux commun. Il faudrait plutôt dire entre-trois :
la Kabylie elle-même, terre-racine,
l’Algérie, terre-patrie, ou qui, pour certains, se voudrait telle,
et la France, terre d’accueil ou d’exil, terre bien souvent mal nourricière.

C’est en cet entre-trois que vivent les Kabyles, en ces lieux bien souvent peuplés de trop d’absences, que nous les interrogerons.

Résumé peut-être, ou clin d’œil :
comment être un « Kabyle mental » ?
Comment vivre en « Kabyle mental » ?

La suite, par ici : [connectez vous, ou enregistrez vous pour voir les liens]

Hors ligne

 

06-02-2007 12:03:53

pub


#2 01-07-2007 15:15:41

amdyaz
Member
Date d'inscription: 01-07-2007
Messages: 20

Re: Kabylie’s blues : film documentaire et musical

on peut le voir où ?

Hors ligne

 
  • Accueil
  •  » En bref!
  •  » Kabylie’s blues : film documentaire et musical

Pied de page du Forum

musiquekabyle.com

Win yetchan thayazit eb eflis, ihaguid thinis -